Le mot du Roch Hayéchiva, Rav Yéhouda Tolédano,chlita

 

"L'enseignement de mon père זצ''ל se perpétue à Merkaz Hatorah"

Mon père était venu en France pour diriger une Yéchiva de Koulo Kodesh mais il s'est vite rendu compte de deux développements; d'abord à la suite de la guerre des six jours beaucoup de personnes orthodoxes qui auraient pu être partie intégrante de la Yéchiva ont choisi de s'installer en Eretz Israël et d'y étudier. Ensuite mon père a compris que le besoin majeur était de fonder une école qui réponde aux besoins des membres de la communauté arrivés d'Afrique du Nord dans le courant des années 60 : une école qui puisse a la fois offrir aux élèves un excellent niveau en Kodesh tout en le conciliant avec des études profanes de qualité. Cela a été sa sagesse, sa grandeur d'esprit et le signe de son infini dévouement.

A cela, je dois rajouter une dimension plus "familiale": le Rav se préoccupait également de l'éducation de ses propres enfants et de la scolarité qu'ils allaient suivre. La création d'une telle école, conforme à son engagement religieux, répondait aussi à ses propres aspirations sur ce point.

Je pense que l'enseignement de mon père זצ''ל se perpétue aujourd'hui dans les Institutions du Merkaz Hatorah lorsque nous sommes capables, nous enseignants, de donner à chacun de nos élèves l'envie et le goût de l'étude, le "gechmack". Notre mission est de faire en sorte que nos enfants s'identifient pleinement avec l'étude de la Torah et comprennent qu'elle est notre source de vie. Bien sur, dans une génération "branchée" comme l'est celle de la jeunesse aujourd'hui, le défi est bien plus ardu que par le passé.

Pour relever un tel défi, dans le monde de l'internet et de facebook, nous devons absolument nous doter de Rabbanim de qualité, qui ont passé de nombreuses années dans des Yéchivot à étudier douze heures par jour ! Nous savons que seul celui qui a vécu de son plein gré cette expérience unique, sera capable de la transmettre et de donner envie a ses élèves de "jouir" en étudiant la Torah et en découvrant un 'hidoush dans la Guémara. Une anecdote: récemment j'ai téléphoné à la Yéchiva de Beth Halevy à Jérusalem pour avoir des nouvelles d'un ancien élève qui n'était pas parmi les plus "paisibles" lorsqu'il était à Merkaz Hatorah. On m'a répondu qu'il étudie chaque jour jusqu'à deux heures du matin !

En arrivant à un tel résultat, nous restons, je pense fidèle au message de la Torah que nous a légué notre père זצ''ל".